Conception et construction d'une maison à toit plat sur un terrain en pente avec réalisation de micro-pieux en Essonne, Ile de France.

Photos de l’article : Construction d’une maison individuelle à toit plat végétalisé sur un terrain en pente et dont le sol (présence d’un ruisseau) a nécessité la réalisation de micro-pieux sur plus de 20 mètres de profondeur. Essonne 91, Ile de France 

Faire construire sa maison (ou un investissement locatif) est un projet d’envergure, un projet qui s’étale sur plusieurs mois, un projet qui peut générer de nombreuses questions.

Toutefois c’est une aventure palpitante, stimulante et valorisante. Du type d’architecture à la modélisation des espaces, en passant par le choix des matériaux et des procédés, vous êtes, en qualité de maître d’ouvrage, le compositeur de votre partition. Mais lorsque l’on part d’une feuille blanche, le plus difficile est de savoir par où commencer…

La recherche de terrain à bâtir, 1ère étape d’un projet de construction

Si vous désirez faire construire une maison individuelle, la toute première étape est de vous rapprocher de votre conseiller financier afin de connaître votre enveloppe budgétaire approximative, ainsi que tous les leviers de financement que vous pourriez actionner. Ce n’est qu’à partir de là que vous pourrez vous lancer dans l’aventure de la construction, dont les premières notes se jouent lors de la recherche d’un terrain à bâtir.

Si vous ne disposez pas d’un terrain en amont de votre projet de construction, plusieurs critères sont à considérer pour acheter le bon terrain à bâtir.

  • Définir la localisation du terrain à bâtir :

En Ile de France, et notamment dans la zone du Grand Paris, les prix des terrains constructibles ont connu une forte augmentation depuis ces dernières années. La présence de commerces, d’entreprises, d’infrastructures etc., entraîne des prix d’achat élevés mais garantit également l’attractivité de la localisation et de fait, des facilités pour revendre à terme. Car oui, comme le dit si bien l’agent immobilier le plus connu des français, pour faire un bon investissement, il faut penser autant à soi qu’à la revente.

Vous avez un projet de construction et vous désirez vous positionner sur un terrain ? Notre équipe saura vous orienter.  CONTACTEZ-NOUS

 

  • Consulter le PLU (Plan Local d’Urbanisme) :

Le PLU de la commune où se trouve le terrain à bâtir vous renseignera quant aux possibilités de construction et d’architecture. Le PLU est disponible à la mairie ou sur internet et si besoin, rapprochez-vous d’un professionnel de la construction ou de l’immobilier qui saura vous aider.

Vous pouvez également faire une demande de Certificat d’Urbanisme afin de connaître les règles d’urbanisme applicables et ainsi être certain(e) de la constructibilité de votre terrain.

  • S’assurer que le terrain a fait l’objet d’un bornage par un géomètre expert avec fourniture d’un plan de masse :

Le plan de masse est un document détaillé et précis, à fournir obligatoirement lors du dépôt de permis de construire. Il renseigne les professionnels de la construction et les autorités administratives quant aux limites exactes de propriété, aux aménagements existants, à l’altimétrie du terrain, aux accès, etc… Ce document est essentiel pour élaborer un projet de construction dans les règles.

  • Faire réaliser une étude de sol :

La loi ELAN (loi pour l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique de novembre 2018) rend obligatoire, et à la charge du vendeur, l’étude de sol pour les terrains situés dans les zones exposées aux phénomènes de mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols. Cette obligation prendra effet en 2020. Plus généralement, il est indispensable de connaître la composition du sol de votre terrain car elle conditionne certaines techniques de réalisation des fondations (essentielles à la pérennité et à la sécurité de l’ouvrage) et de fait, fait varier le coût de la construction.

Que vous réalisiez l’étude de sol avant ou après la vente du terrain, nous vous conseillons fortement de ne pas faire l’impasse sur cette dépense !

  • Vérifier la viabilisation et les éventuels raccordements du terrain :

Viabiliser un terrain et effectuer les raccordements (eau, électricité, gaz, télécom…) représentent un coût non négligeable. Un terrain viabilisé coûtera donc plus cher mais vous permettra d’économiser plusieurs milliers d’euros. Attention toutefois à ce qui se cache derrière le terme « terrain viabilisé »… Un terrain viabilisé est un terrain dont les raccordements vont de la rue à la limite de propriété (intervention des organismes publics). Mais attention, certains emploient le terme de « terrain viabilisé » simplement parce qu’il est possible d’effectuer les raccordements depuis la rue.

Une fois le terrain viabilisé il faut étendre les raccordements jusque la construction (intervention d’un terrassier). Ainsi, concernant les terrains dits « diffus », un lot arrière devrait présenter un prix de vente moins élevé. Les terrains situés sur des lotissements sont généralement raccordés et viabilisés jusque la limite de propriété.

Vous l’aurez compris, le choix du terrain qui recevra votre future habitation ou la construction d’un petit collectif, est une étape cruciale, d’autant qu’elle peut représenter une grande part de votre budget global en fonction des divers critères précédemment cités.

Prochain article à paraître : Les étapes pour faire construire sa maison : de la conception architecturale au permis de construire

 

Conception 3D d'une maison d'architecte construite à Saint Germain en Laye.